j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
Gilbert, un saint médiéval méconnu
Publié le 13/02

Saint Gilbert, fêté le 13 février dans le calendrier diocésain, fut évêque de Meaux. Découvrez en plus sur ce saint médiéval méconnu.

« Et il s’en alla tout triste car il avait de grands biens ». (Mc 10, 22).

Saint Gilbert, fêté le 13 février dans le calendrier diocésain, ne se reconnaîtrait pas dans le portrait du jeune homme riche. Loin de se dérober à l’appel du Seigneur, il y répond pleinement par toute sa vie.

Né à Ham en 950 dans une famille noble, le jeune Gilbert dépasse ses maîtres, les chanoines de saint Quentin, par sa science et ses qualités personnelles. Sa réputation s’étend même jusqu’à Meaux. Qu’à cela ne tienne ! L’évêque du lieu le nomme archidiacre. Quelle rude épreuve pour Gilbert, cet homme pétri d’humilité et de modestie ! Bientôt il gagne tous les cœurs. A la mort du vieil évêque, les événements se précipitent. La volonté conjointe du clergé et du peuple élève Gilbert à l’épiscopat. Cette mission va-t-elle changer le cours de son existence ? Eh bien non !

Pendant deux décennies la vie quotidienne de notre lointain évêque de Meaux allie sanctification personnelle par la prière, le jeûne et les mortifications, une pratique répandue au Moyen Age, à une bienveillance inégalée envers ses frères prêtres et son peuple.

Jusqu’à sa mort, Gilbert déploie une intense activité dans l’exercice de sa lourde mission épiscopale, participe au concile de Chelles (1008), règle de délicates affaires financières et juridiques, mû par son inlassable charité et son grand amour de l’Eglise.

Dès son décès en 1009, les chrétiens du Moyen Age l’invoquent avec foi pour combattre le mal des Ardents, maladie aussi mystérieuse qu’effrayante, due à une intoxication par l’ergot de seigle. La disparition de son corps, enseveli sous le maître autel de la cathédrale de Meaux, contribue-t-elle à sa lente plongée dans l’oubli ? Une relique est toujours conservée dans le reliquaire des saints abbés et fondateurs des monastères de la Brie qui se trouve dans le grand chœur de la cathédrale.

Pourtant, Gilbert, saint médiéval, à la vie méconnue, prouve avec éloquence : « Nous sommes des nains juchés sur les épaules des géants », encore aujourd’hui.

Texte de Marie-Claude Bouley,
bénévole à la bibliothèque diocésaine Guillaume Briçonnet

Sources :
LE RENARD, Emile (chanoine), Notices sur les saints du diocèse de Meaux, Imprimerie Poirier-Bottreau, 1935